La viande de cheval : bon ou mauvais ?

Viande de chevalAvez-vous remarqué que la viande de cheval était souvent perçue comme produit de 2ème choix ?
Mais pour quelle raison ?
Cette idée vient en partie du fait que la consommation de cette viande avant le 19ème siècle n'existait pratiquement pas. Ce n'est qu'à partir du milieu, voire de la fin du 19ème siècle que sa consommation commença à devenir populaire.

Connaissez-vous la raison de cet engouement soudain pour la viande de cheval ?

C'est assez simple : à l'époque il y avait énormément de personnes précarisées qui n'avaient pas accès à la viande et qui présentaient des carences en protéines. Parallèlement à cela, il y avait un grand nombre de chevaux qui n'étaient plus aptes à travailler et dont on ne savait plus trop que faire. Ces chevaux étaient alors un peu délaissés et destinés à mourir dans de mauvaises conditions.
L'idée est alors venue (entre autres de médecins) de consommer cette viande qui était parfaitement saine. Même les associations de défenses animales étaient de cet avis. De la sorte, cette viande a été proposée à la consommation alimentaire et a surtout permis à cette catégorie de population de pouvoir consommer de la viande. Les médecins avaient insisté sur les bienfaits que présentait la consommation de cheval. Cependant, les classes aristocratiques et les paysans consommaient difficilement du cheval car celui-ci était plutôt perçu comme animal de compagnie.

Après la deuxième guerre mondiale, le niveau de vie a augmenté et la consommation de cheval a alors été fortement réduite car elle était toujours perçue péjorativement comme la viande du pauvre. Cette réputation l'a rendue impopulaire.

Pensez-vous que la consommation de viande de cheval est mauvaise pour la santé ?

Dans les faits, non. Vous pourrez constater une très faible teneur en matière grasse, un goût relativement neutre, un prix de vente un peu plus faible que la viande de bœuf (mais pas forcément) et une teneur importante en oligo-éléments, en fer,... Le problème d'image demeure  cependant bien présent chez certaines personnes qui perçoivent le cheval comme un animal de compagnie.
 
Le débat concernant la présence de viande de cheval dans des plats préparés n'est donc en aucun cas lié au fait que la consommation de viande de cheval pourrait présenter un danger pour la santé. Le débat est né surtout par rapport au fait que l'origine des produits et même la nature du produit (ici du cheval à la place du bœuf) ne correspondaient pas à l'étiquetage et donc à ce que le client s'attendait à consommer. Certains consommateurs ont eu tendance à vouloir boycotter ces plats préparés. Or, n'oublions pas que certains industriels ont d'eux-même fait part de la présence de viande de cheval dans leur plats préparés alors qu'ils déclaraient l'ignorer.  

Que pouvons-nous faire en notre qualité de consommateurs pour éviter qu'un tel scandale se reproduise ?

Industrie alimentaireNous pourrions essayer d'exiger des fabricants une plus grande vigilance quant aux ingrédients qu'ils utilisent.
D'autre part, ne pourrait-on pas être moins exigeant sur le prix de vente ?

En effet, de nombreux consommateurs attachent parfois une très (trop?) grande importance aux prix de vente. Ceci poussent certains industriels à chercher de nouveaux fournisseurs (moins chers) afin de leur permettre de vendre plus et de maintenir leur bénéfice. N'oublions pas que la grande majorité de ce que nous consommons en France est fabriqué par des grands groupes industriels souvent cotés en bourse. Ces industriels doivent donc rendre des comptes à leurs actionnaires.

Si nous, consommateurs, démontrions que nous attachons plus d'importances à la qualité des produits, les industriels auraient peut-être tendance à faire preuve d'efforts supplémentaires pour proposer des produits de qualité.

Au niveau européen, il y aurait certainement encore pas mal d'efforts à faire puisque certaines contraintes de productions imposées à certains fabricants de France et des pays voisins sont telles qu'elles font perdre de la compétitivité par rapport à d'autres pays qui n'ont pas ces contraintes à respecter. Edicter des normes de fabrication est certainement une bonne chose. Cependant si ces normes ne sont pas respectées par les fabricants des pays voisins  commercialisant le même type de produits alimentaires dans nos pays, l'aspect positif visé ne sera pas atteint. La concurrence n'est alors pas équitable.
Inscrivez-vous ici à notre newsletter !
N.B.: Vos données resteront confidentielles. Vous pouvez vous désabonner quand vous le souhaitez.

Téléchargements gratuits