Pourquoi les abeilles sont-elles en danger ?

abeille-pollinisationA cela on trouve plusieurs réponses. Nous penserons notamment à ces fameux parasites acariens varroa d'origine asiatique. Ce parasite a été introduit en Allemagne fin des années soixante-dix et a déjà causé des dégâts inestimables. Elle agit sur les abeilles comme une sensue assez énormes par rapport à la taille d'une abeille.
Malheureusement ce parasite n'est pas le seul à faire chuter la diminution du nombres d'abeilles. Parmi les causes de la chute de la population, on notera l'usage de pesticides qui affaiblissent les abeilles ou encore le manque de biodiversité, et donc de nourriture, joue un rôle important sur la diminution du nombre d'abeilles.

Et si les abeilles disparaissaient que se passerait-il ?

On sait que les abeilles sont des insectes pollinisateurs. Sans l'intervention des abeilles, de nombreuses fleurs de fruits, de légumes ou autres ne seraient pas fertilisées (par exemple : poires, pommes, prunes, raisins, tournesols, groseilles, fraises, courges, moutarde, laitue, cerises, betteraves, asperges, ail, céleri, choux, concombres, fèves,...). Cela aurait donc des conséquences catastrophiques sur la production alimentaires mondiales. Le miel n'est donc pas le seul fruit du travail des abeilles.
Pourtant d'autres insectes jouent également un rôle pollinisateur. On pensera notamment aux bourdons qui pollinisent les tomates.

bourdon-pollinisationLe bourdon est utilisé notamment dans les serres car il aurait un meilleur sens de l'orientation et car il est par exemple le seul à polliniser les fleurs de tomates. Le bourdon n'est donc pas un concurrent de l'abeille pour les plans de tomates. Par contre, pour d'autres types de productions le bourdon présente l'avantage d'être moins sensible au froid. Ainsi, il est actif dès que la température atteint 6 degrés alors que l'abeille a besoin d'environ 15 degrés pour sortir de sa rûche.

Le bourdon pourrait-il alors remplacer l'abeille ?

Et bien non, une rûche d'abeilles compte cent fois plus d'individus qu'une rûche de bourdons. Les bourdons ne pourraient donc pas être suffisants pour les grandes cultures. Le bourdon n'est d'ailleurs pas le seul autre pollinisateur. On notera également que certains oiseaux, ou par exemple les chauffes-souris pollinisent aussi les fleurs mais dans une moindre mesure que ce que font les abeilles. Si l'abeille va mal et que l'on ne fait rien, cela aura directement des répercutions sur notre manière de vivre.


Envie de participer à la sauvegarde des abeilles ? Cliquer ici

Inscrivez-vous ici à notre newsletter !
N.B.: Vos données resteront confidentielles. Vous pouvez vous désabonner quand vous le souhaitez.

Téléchargements gratuits